Workshop List

Please find below the list of workshops in alphabetical order of their coordinators.

  •  1. La vie à l’œuvre

    Rédouane Abouddahab (Université Lyon 2 – Lumière)
    Elisabeth Bouzonviller (Université de Saint-Etienne)

    Cet atelier s’intéressera aux liens multiples entre la vie et l’œuvre, dans le sens non pas d’un repérage d’éléments biographiques dans la fiction, mais d’une exploration des formes que prend la fiction en tant que masque et marque d’un vécu déterminant. C’est donc la question de la vérité à l’œuvre qui importe ici, en tant que force à la fois affrontée et déjouée. Hemingway le sait bien qui dit dans une lettre adressée à Scott Fitzgerald le 28 mai 1934 : “Forget your personal tragedy. We are all bitched from the start and you especially have to be hurt like hell before you can write seriously. But when you get the damned hurt use it—don’t cheat with it. Be as faithful to it as a scientist—but don’t think anything is of any importance because it happens to you or anyone belonging to you.” (Selected Letters, 1917-1961, ed. Carlos Baker, New York, Scribner’s, 1981)

    Le propos d’Hemingway laisse entendre que l’écrivain doit d’abord identifier son mal ou son symptôme avant de tâcher de lui donner forme, comme un artisan travaillant la matière. Il fait avec cette matière et en même temps il en fait autre chose. On peut ainsi repérer dans la vie des écrivains les éléments (traumatiques) qui ont déclenché ou imposé le désir d’écrire, et voir ce que l’écrivain en fait dans la fiction, que ce soit au niveau de l’histoire ou du discours.

    Cette question est d’autant plus intéressante quand les causes semblent être idéologiques ou culturelles. Néanmoins, l’analyse des textes et du vécu révèle souvent d’autres déterminismes. Dans ce cas, que devient la « vérité » idéologique dévoilée (alètheia) lorsque l’écriture même impose des épreuves de vérité insoupçonnée (tuchê), ce que Morrison appelle pertinemment becoming ? (Toni Morrison, Playing in the Dark: Whiteness and the Literary Imagination, New York, Vintage Books, 1993, 4) On peut dire dans cette perspective que l’écriture met en jeu un double principe, de libération et de répétition :

    Mostly, we authors must repeat ourselves—that’s the truth. We have two or three great and moving experiences in our lives—experiences so great and moving that it doesn’t seem at the time that anyone else has been so caught up and pounded and dazzled and astonished and beaten and broken and rescued and illuminated and rewarded and humbled in just that way ever before. Then we learn our trade, well or less well, and we tell our two or three stories—each time in a new disguise—maybe ten times, maybe a hundred, as long as people will listen. (F. Scott Fitzgerald, “One Hundred False Starts” (1933), Afternoon of an Author, New York, Scribner’s, 1957, 132)

  •  Life at Work

    This workshop will focus on the numerous links between life and work, not by spotting out biographical elements in fiction but by exploring the forms fiction can present as a mark and mask of a determining life experience. What matters here is truth at work, truth as a force that is simultaneously confronted and thwarted. Hemingway was well aware of this when he wrote to Scott Fitzgerald on May 28th 1934: “Forget your personal tragedy. We are all bitched from the start and you especially have to be hurt like hell before you can write seriously. But when you get the damned hurt use it—don’t cheat with it. Be as faithful to it as a scientist—but don’t think anything is of any importance because it happens to you or anyone belonging to you.” (Selected Letters, 1917-1961, ed. Carlos Baker, New York, Scribner’s, 1981)

    Hemingway’s words suggest that the writer must first identify what hurts, his symptom, before giving it a form, like a craftsman working from his material. He works with this material and at the same time transforms it into something else. Thus, one may find in writers’ lives the (traumatic) elements that have launched or entailed their desire for writing, and see what they make out of these determining elements in their fiction whether in narrative or in discourse.

    This question is all the more interesting when ideological or cultural causes seem to be at stake. Yet, analyzing texts and life often reveals other determining factors. In that case, what becomes of unveiled ideological “truth” (aletheia) when writing itself entails instances of unexpected truth (tuche), what Morrison appropriately calls becoming? (Toni Morrison, Playing in the Dark: Whiteness and the Literary Imagination, New York, Vintage Books, 1993, 4) In that respect, one may say that writing involves a double principle of liberation and repetition:

    Mostly, we authors must repeat ourselves—that’s the truth. We have two or three great and moving experiences in our lives—experiences so great and moving that it doesn’t seem at the time that anyone else has been so caught up and pounded and dazzled and astonished and beaten and broken and rescued and illuminated and rewarded and humbled in just that way ever before. Then we learn our trade, well or less well, and we tell our two or three stories—each time in a new disguise—maybe ten times, maybe a hundred, as long as people will listen. (F. Scott Fitzgerald, “One Hundred False Starts” (1933), Afternoon of an Author, New York, Scribner’s, 1957, 132)

    Contacts: Rédouane Abouddahab et Elisabeth Bouzonviller

  •  2. Où trouver la vérité du poème américain ?

    Hélène Aji (Université de Paris Ouest Nanterre)

    Bien avant et après l’obsession d’Ezra Pound pour le "mot juste", la mise en conformité du poème avec une réalité extérieure s’est posée et imposée aux poètes. Avec la poésie américaine, c’est une mise en conformité avec des expériences individuelles et collectives américaines perçues comme exceptionnelles qui prend forme, en affectant au premier chef les formes mêmes du poème.

    De l’irruption dans le poème d’objets et de thématiques non conventionnels à l’hypotypose du langage (des cadavres de la Guerre de Sécession chez Walt Whitman, l’économie et la politique chez Ezra Pound, le jazz de Langston Hughes, la sincérité objective de Louis Zukofsky, les accrostiches de John Cage, à la syntaxe chez certains Language Poets), le poème américain cherche sa vérité dans la réflexion sur le monde et la réflexivité du texte.

    Cet atelier souhaite encourager les communications qui mettront en résonance les diverses acceptions que la notion de vérité peut prendre en poésie américaine.

  •  Where to find the American poem’s truth?

    Since before and after Ezra Pound’s obsession with the "mot juste", writing a poem which would adequately respond to an outer reality has remained the poets’ (self-)assigned task. With American poetry, the issue is to adhere to both individual and collective experience, with the awareness of the American experience’s specificity: as this questioning takes shape, it changes the very shape of the poem.

    From the insertion in the poem of unconventional objects to the foregrounding of language (in Walt Whitman’s Civil War bodies, Ezra Pound’s economy and politics, Langston Hughes’s Jazz, Louis Zukofsky’s objective sincerity, John Cage’s acrostichs, or some Language Poets’ syntax), the American poem is seeking its truth in reflections about the world, and a reflexive text.

    This workshop aims to encourage papers articulating and contrasting the various meanings the notion of truth may imply in American poetry.

    Contact: Hélène Aji

  •  3. Bodily Truths: Brain, Form and Meaning in Contemporary Art and Theory

    Jennifer Ashton, Associate Professor of English, UIC

    This workshop stages a debate over the extent to which the body – and particularly recent theories of art and literature that build themselves on the neurophysiological workings of the body – can serve as an adequate framework for understanding the meaning of the work of art. The claim that understanding how our bodies work is essential to understanding the meaning of art has been a staple of recent literary and art theoretical discourse in the U.S., including the work of Mark Turner, Lisa Zunshine, Blakey Vermeule, Whitney Davis, Brian Massumi, and Mark Johnson.

  •  Vérités du corps: le cerveau, la forme et le sens dans l’art et la théorie contemporains

    Cet atelier prévoit une discussion sur la manière dont le corps, et les théories récentes de l’art et de la littérature qui se fondent sur fonctionnement neurphysiologique du corps peuvent servir de cadre adéquat pour comprendre la signification de l’œuvre d’art. La revendication selon laquelle la compréhension du fonctionnement de corps est essentielle à la compréhension de l’art est un des points principaux du discours littéraire et théorique récent aux États-Unis, en particulier chez Mark Turner, Lisa Zunshine, Blakey Vermeule, Whitney Davis, Brian Massumi et Mark Johnson.
    Contact: Jennifer Ashton

  •  4. La vérité en fiction

    Sylvie Bauer (Université Paris Ouest Nanterre)
    Anne-Laure Tissut (Université Paris-Sorbonne)

    Après que la notion en a été sérieusement ébranlée par le postmodernisme, la vérité opère-t-elle un retour en force dans la fiction américaine, par le biais de la représentation du réel, argument vendeur en communication, mais peut-être tout aussi puissant dans le champ artistique contemporain ? Quand l’œuvre devient performance et que le spectateur partage avec l’artiste un genre d’expérience, le réel semblerait avoir pris le pas sur l’artifice en art.

    La littérature, quant à elle, choisit parfois ses objets parmi les événements marquants, grandes catastrophes, révélations-chocs ou hauts faits historiques, qui semblent pousser la fiction à accueillir un débat portant sur la vérité et visant à la faire émerger, jusqu’à s’en faire parfois le vecteur privilégié, quand l’indicible échappe à la communication directe, voire refuse tout accès au sens. Or ce qui est terrifiant, peut-être, dans le réel, c’est son indifférence absolue, ce qui retire toute puissance éthique à la vérité. Le « vrai », ce qui ne serait ni frelaté, ni imposture ni même posture (si toutefois cela existe) serait alors l’événement brut, tel qu’il survient, ne devenant « vérité » qu’une fois interprété, et ce même dans le discours scientifique, sujet lui aussi à relecture.

    Dans le champ contemporain, on pourra prendre pour objet la littérature relative au 11 septembre (Don DeLillo, Paul Auster, Jonathan Safran Foer …), à la torture (Percival Everett, Nick Flynn …), aux catastrophes, dites naturelles ou d’origine humaine, souvent traitées sur le mode de l’anticipation, de la science fiction ou du conte (Davis Schneiderman, Blake Butler, George Saunders …) ou encore les œuvres mettant en scène l’obsession du complot (Thomas Pynchon, Don DeLillo, William Gaddis, Adam Haslett …). Ainsi tout un pan de la littérature contemporaine reflète une interrogation sur la vérité qui certes existait auparavant, mais sous des formes reflétant les conditions de vie de l’époque et de la culture dans lesquelles elles sont nées. (On peut penser aux jeux jamesiens sur le discours élusifs et l’approche tangentielle d’une vérité à l’existence problématique, au choix de la forme du conte, par Edgar Allan Poe, entre autres, pour exprimer un système de pensée et de vision de l’univers, à la portée éthique et métaphysique de la fable melvillienne de la quête de la baleine blanche.)

    Dans l’étude des rapports entre vérité et fiction, des vérités d’un autre ordre sont à envisager. Les représentations diverses des sciences dans la fiction, rappelant cette dernière à son rôle de source de connaissance, posent la question des voies d’accès au savoir ou de sa diffusion. Si la convergence de science et littérature n’est pas apparue au tournant du XXème siècle, peut-être a-t-elle toutefois connu un renouveau, qui n’est sans doute pas étranger à l’émergence massive des nouvelles technologies et en particulier de la littérature électronique. La présence des sciences dans la littérature est-elle garante de son sérieux, fait-elle miroiter au lecteur la promesse d’un accès à une vérité, fût-elle partielle ? En outre, à en croire nombre de chercheurs, la fiction joue un rôle dans la démarche expérimentale, l’élaboration des hypothèses et la construction du raisonnement. Semblables à Dupin, le détective de Poe, qui à la fois poète et mathématicien, fait appel à la raison et à l’imagination, certains romanciers utilisent-ils la fiction comme laboratoire de recherche scientifique, et réciproquement, sont-ils inspirés par elle dans l’écriture romanesque, que ce soit sur le mode métaphorique, citationnel ou « factuel », si l’on peut désigner ainsi un type de représentation plus immédiate des connaissances scientifiques ou des processus de leur recherche ? L’œuvre de Richard Powers offre un exemple frappant de représentation des sciences et de vérité scientifique, voire de sa quête, dans la fiction, tandis que Paul West s’approprie les jargons de la médecine ou de l’astronomie, s’émerveillant de leur poésie. Joseph McElroy, Don DeLillo, Steve Tomasula et de nombreux autres puisent dans les sciences des structures matricielles pour l’écriture.

    On explorera donc les potentiels de la fiction dans la représentation de la vérité, sa mise en question, voire sa création.
    Bruner, Jerome : Making Stories : Law, Literature, Life. Farrar Straus & Giroux, New York, 2002.
    Devenirs du roman Collectif, Essai. Inculte, Naïve, 2007.
    Gault, Pierre : Lyrisme de l’homme ordinaire. Lambert-Lucas : Limoges, 2009.
    Ludot-Vlasak, Ronan et Claire Maniez, dir. : Discours et objets scientifiques dans l’imaginaire américain au XIXè siècle. Grenoble : Ellug, 2010.
    Rabaté, Dominique : Le Roman et le sens de la vie. Corti, 2010.
    Ricoeur, Paul : Histoire et vérité. Seuil, 1955.
    Rosset, Clément : Le Réel. Traité de l’idiotie. Minuit, 1997.
    Salmon, Christian : Storytelling. La Découverte, 2007.
    Schaeffer, Jean-Marie : Pourquoi la fiction ? Seuil, 1999.

  •  Truth in fiction

    After the notion has been seriously shaken by postmodernism, could truth be staging a triumphant return into American fiction, via the representation of reality, a persuasive enough argument in communication but possibly just as powerful an incentive in the contemporary artistic field? When the artwork turns into a performance and the audience shares with the artist an experience of some kind, reality may appear to have taken the upper hand over artifice in art.

    Literature sometimes chooses its objects among marking events, vast catastrophes, shock-revelations or historical facts, that seem to bring into fiction a debate on truth aimed at letting it emerge, or even sometimes turning fiction into a privileged vector of truth, when the unspeakable escapes direct communication or even refuses any access to meaning. The terrifying nature of the real may have to do with its absolute indifference, which deprives the truth of any ethical power. The “true” then, what has not been tampered with, neither an imposture nor even a posture ‒if that is possible‒, would be the raw event as it happens, becoming the “truth” through interpretation only, and this even in scientific discourse, itself subject to new readings.

    In the contemporary field, the papers may focus on post-9-11 literature (Don DeLillo, Paul Auster, Jonathan Safran Foer …), on texts related to torture (Percival Everett, Nick Flynn…), to catastrophes, natural or of human origins, often dealt with through anticipation, science fiction or tales (Davis Schneiderman, Blake Butler, George Saunders …) or on works staging the obsession with plots (Thomas Pynchon, Don DeLillo, William Gaddis, Adam Haslett …). A whole section of contemporary literature reflects a questioning about truth that was there before indeed, but under forms more specifically related to the times’ living conditions and culture. (One may think of Jamesian plays on elusive discourses and tangential approach of a truth whose existence remains problematic, of Edgar Allan Poe’s choice of the tale as a form, to express a system of thought and vision of the universe, or of the ethical and metaphysical import of the Melvillian fable of the quest for the white whale.)

    When studying the relations between truth and fiction, one should take into account truths of yet another kind. The various representations of science in fiction, recalling the latter’s role as a mode of learning, raise the question of the access to knowledge or of its broadcasting. Although the convergence of science and literature did not appear at the turn of the XXth century, it may then have undergone a renewal that seems to be linked to the massive emergence of new technologies, hence particularly of electronic literature.

    Does the presence of sciences in literature grant how serious it is, does it lure the reader with some promise of an access, be it only limited, to truth? According to a great number of scientists, fiction plays a part in experimental processes, the elaboration of hypotheses and the construction of reasoning. Much like Dupin, Poe’s French detective, who as both a poet and a mathematician appeals to reason and imagination, some novelists may use fiction as a laboratory for scientific experiments and reciprocally, be inspired by science in novelistic writing, either in a metaphoric way, or more directly through quotations or the factual representation of scientific knowledge and of investigation processes. Richard Powers’ work offers a striking illustration of the representation of sciences and of scientific truth, while Paul West appropriates medical or astronomical jargons, marvelling at their poetry. Joseph McElroy, Don DeLillo, Steve Tomasula and many others tap sciences for matrix structures in writing.

    The potentials of fiction in the representation, questioning or even creation of truth will be explored.

    Bruner, Jerome : Making Stories : Law, Literature, Life. Farrar Straus & Giroux, New York, 2002.
    Devenirs du roman Collectif, Essai. Inculte, Naïve, 2007.
    Gault, Pierre : Lyrisme de l’homme ordinaire. Lambert-Lucas : Limoges, 2009.
    Ludot-Vlasak, Ronan et Claire Maniez, dir. : Discours et objets scientifiques dans l’imaginaire américain au XIXè siècle. Grenoble : Ellug, 2010.
    Rabaté, Dominique : Le Roman et le sens de la vie. Corti, 2010.
    Ricoeur, Paul : Histoire et vérité. Seuil, 1955.
    Rosset, Clément : Le Réel. Traité de l’idiotie. Minuit, 1997.
    Salmon, Christian : Storytelling. La Découverte, 2007.
    Schaeffer, Jean-Marie : Pourquoi la fiction ? Seuil, 1999.

    Contacts: Sylvie Bauer et Anne-Laure Tissut

  •  5. De la vérité et du mensonge en photographie américaine

    François Brunet (Université de Paris-Diderot)
    Géraldine Chouard (Université de Paris-Dauphine)

    Cet atelier s’intéressera à l’oscillation récurrente, aux Etats-Unis, entre la conception archéologique de l’image photographique comme evidence, c’est-à-dire comme témoin naturel ou mécanique des phénomènes, exprimée à travers ses usages mémoriels, militants et institutionnels d’une part, et l’ensemble des pratiques qui, de l’âge du daguerréotype à l’ère digitale, mettent en cause cette doctrine (images fictionnelles, critiques théoriques "anti-véritaires", autres types de déconstruction).

    On pourra s’intérésser en particulier aux détournements dont ont fait l’objet des images consacrées comme "icônes", du fait de leur influence réelle ou supposée sur le cours des choses dans divers domaines (politique, social, légal) ou par leur usage dans la presse, l’historiographie ou encore la littérature.

    Les propositions de communications pourront porter sur des exemples particuliers d’images mais également envisager des problématiques historiques ou théoriques de plus grande envergure.

    Elles pourront explorer tout à la fois des pratiques et positions défendant la vérité des images et d’autres qui mettent en lumière leur puissance de mensonge.
    Outre le médium photographique, cet atelier souhaite également s’ouvrir à ses avatars ultérieurs (cinéma, vidéo, image digitale, web...) et aux relations intertextuelles, intericoniques et intermédiales qui lui sont attachées.
    On pourra aussi s’interroger sur la spécificité d’un destin "américain" de la vérité et du mensonge en photographie.

  •  Truth and lies in American photography

    This workshop will focus on a recurring oscillation in the United States between two opposite views on photography : on one hand, the archaeological conception of the photographic images as evidence, ie as natural or mechanical witnesses to phenomena (through their uses related to memory, activism and institutional functions) and on the other hand, a set of practices questioning this view from the age of the daguerreotype to the digital era (through fictional images, theoretical criticism about its “untruthfulness”, various forms of deconstruction).

    Particularly interesting are the changes that iconic images have been subjected to on account of their real or supposed influence on the course of events in various areas (be it political, social or legal) and their use in the press, historiography or even literature.

    Proposals may concern specific examples of images but could also consider historical or theoretical issues of a larger scale.

    They may also explore practices and positions that defend the truth of images as well as those that bring to light their ability to lie.

    In addition to the photographic medium, this workshop will also be open to its subsequent avatars (cinema, video, digital imaging, the web) and intertextual, intericonic and intermedial links.

    This workshop would also like to raise the issue of the specificity of an American destiny of truth and lies in photography.

    Contacts: François Brunet et Géraldine Chouard

  •  6. Religions et vérités dans l’expérience nord-américaine

    Nathalie Caron (Université Paris Est Créteil)
    Sabine Remanofsky (ENS Lyon)

    Aux États-Unis, un tiers de la population adulte (33%) considère, toutes religions confondues, que le texte sacré est littéralement vrai (U.S. Religious Landscape Survey, 2008). Toutefois, si 24% estiment que leur religion est la seule vraie religion, la seule capable de les mener à la vie éternelle, les Américains sont en grande majorité (70%) convaincus que d’autres religions peuvent les mener au salut, qu’ils soient chrétiens, juifs, musulmans, ou hindous. Pays fortement sécularisé et religieusement pluriel, longtemps dominé de facto si ce n’est de jure par le protestantisme, où près de 90% des adultes se déclarent croyants, la question de la vérité de la parole divine s’y pose de manière centrale, dans la mesure où elle informe à bien des égards la nature des débats publics, ceux sur l’identité de la nation américaine en particulier, et, depuis les années 1960, des guerres dites « culturelles ». Si, dans ces débats, particulièrement vifs aujourd’hui, se manifeste une divergence persistante entre religion et science, on y perçoit aussi l’expression de la tension entre forces séculières et forces religieuses qui façonne la culture américaine depuis les origines nationales. On peut sans doute y déceler aussi certains des effets d’un marché religieux toujours plus compétitif, résultat d’un pluralisme croissant, et du déclin de l’hégémonie protestante qui lui est concomitant. S’y révèlent également les recompositions du religieux qui s’accompagnent d’une perte des repères ancestraux et du développement du relativisme.

    L’atelier cherchera à mettre en évidence la variété des confrontations qui ont opposé des régimes de connaissance différents au cours de l’histoire des États-Unis, de manière à souligner le caractère polymorphe du discours sur la vérité religieuse dans l’expérience nord-américaine depuis l’époque coloniale. Pourront être abordées les thématiques suivantes : 1) celles relatives au dynamisme interne des traditions religieuses, celui-ci produisant des courants dissidents et contribuant à l’émergence de nouvelles religions ; 2) celles issues du questionnement épistémologique hobbesien, prolongé par les Lumières radicales, sur l’autorité des Écritures données comme parole vraie ; 3) celles corrélées au conflit toujours ouvert entre deux régimes d’accès à la vérité, la religion et la science, notamment entre les grands monothéismes, selon lesquels Dieu est source de tout, et la théorie darwinienne de l’évolution qui conçoit l’origine de l’espèce humaine en dehors de toute intervention divine ; 4) celles mettant en regard plusieurs vérités religieuses. Il s’agira en effet de considérer la question dans une perspective large, inclusive des religions non abrahamiques, en particulier des religions autochtones, des world religions, ou des nouveaux mouvements religieux (NMR), et de ne pas la limiter aux controverses mettant en jeu le fondamentalisme chrétien.

  •  Religions and Truths in the North-American Experience

    In the United States, one third of the adult population (33%), regardless of religious tradition, say that the Holy Book is to be taken literally (U.S. Religious Landscape Survey, 2008). Although 24% of Americans say that their religion is the single true faith leading to eternal life, a large majority among them (70%), be they Christian, Jewish, Muslim, or Hindu, claim that many religions can lead to eternal life. The United States is highly secularized, yet close to 90% of Americans say they believe in God. In this religiously diverse country, long dominated by a de facto Protestant establishment, the issue of divine truth is central to the extent that it suffuses most of the public debates and culture wars, in particular those pertaining to the identity of the American nation. While these debates, at present particularly pointed, reveal a persistent conflict between religion and science, they also bring to light the ongoing tension between the secular and religious forces that have shaped American culture since its origins. They are also the upshot of a more competitive religious marketplace, the result of increasing religious pluralism and the concomitant decline of Protestant hegemony, as well as the outcome of religious shifts involving the promotion of relativism and the loss of traditional values.

    This workshop will seek to address the variety of confrontations which have opposed different systems of knowledge throughout U.S. history, with a view to underscoring the polymorphous character of discourses on religious truth in the North-American experience since the colonial period. Papers may focus on the following themes : 1) the internal dynamics of religious traditions as it produces dissident religious currents which in turn give rise to new religions; 2) Hobbesian epistemological questioning, which was then further enhanced by the Radical Enlightenment, on the authority of Scripture held as the true word; 3) the complex relationship and/or conflict between two ways of accessing truth, namely science and religion, especially between the great monotheisms, which hold that God is the source of everything, and the Darwinian theory of evolution, which conceives of the origin of the human species outside any divine intervention ; 4) the plurality of religious truths. The purpose is to adopt a wide perspective on the issue at hand, inclusive of non-Abrahamic religions, especially indigenous religions, world religions or new religious movements (NRM). Therefore, the perspective should not be limited to debates involving Christian fundamentalism.

    Contacts: Nathalie Caron et Sabine Remanofsky

  •  7. Vies et contrevies: vérités autobiographiques et biographiques en littérature

    Yannicke Chupin (Université de Franche-Comté)
    Peggy Pacini (Université de Cergy-Pontoise)

    « Literature is invention. Fiction is fiction. To call a story a true story is an insult to both art and truth », disait Nabokov à ses étudiants (Lectures on Literature, 1980). Cet atelier se propose de s’interroger sur la pertinence du concept de vérité dans la littérature nord-américaine de l’après-guerre à nos jours.

    La réflexion s’appuiera sur le phénomène de brouillage des genres entre autobiographie, biographie (textes référentiels) et romans, romans autobiographiques, autofictions (textes de fiction).

    Dans le cas de l’écriture autobiographique, on pourra revenir sur la rupture des contrats de lecture définis par Philippe Lejeune dans son étude sur l’autobiographie. On s’intéressera à cet espace privé qui s’ouvre soudain au public en s’interrogeant sur le besoin de vérité : dévoiler la vérité, dire la vérité pour un auteur ou lire la vérité pour le lecteur.

    Parallèlement, si le fait même de conter et de raconter dénature l’idée de vérité, comment nier que toutes les histoires sont vraies puisqu’on les invente, et qu’on leur donne ainsi une vérité « fictionnelle », romanesque. Reste pourtant la nature polémique du concept de vérité que ce soit dans le roman, quand son auteur réinvente par exemple la vie d’un personnage célèbre, pour en écrire une biographie (Zoli et Dancer de Colum McCann) ; dans le roman autobiographique (Vladimir Nabokov, John Fante, William S. Burroughs, Jack Kerouac, Philip Roth, Saul Bellow, Edmund White, Dan Fante, etc.), les « memoirs » (récits) (Wolf, a false memoir, de Jim Harrison, The Invention of Solitude et Hand to Mouth de Paul Auster, Off to the Side de Jim Harrison) où l’auteur est libre de mentir, puisque comme le souligne Aragon, la tâche de l’écrivain est de mentir vrai.

    On pourra aussi réfléchir à la manière dont les fictions autobiographiques s’éloignent de la notion conventionnelle de l’autobiographie comme véridique ; ou encore voir comment certains auteurs éprouvent le besoin de revenir sur l’écriture de romans autobiographiques (textes de fiction) souvent développés en plusieurs volumes en fournissant leurs pendants référentiels : une autobiographie, des mémoires.

    Enfin on pourra faire dialoguer deux réalités : les mensonges de l’autobiographie et la vérité du roman. Le matériau autobiographique dans le roman ne sert-il pas l’auteur dans son désir d’atteindre une certaine vérité sur soi et le monde ?

  •  « Lives and Counterlives: Truth in Literary Biography and Autobiography”

    “Literature is invention. Fiction is fiction. To call a story a true story is an insult to both art and truth,” Vladimir Nabokov said to his students at Cornell. (Lectures on Literature, 1980). This workshop aims to challenge the relevance of the concept of truth in literature. It will thus examine different angles from which the question of truth in post-war and contemporary American fiction and memoirs can be breached, starting from a reflexion on the blurring of genres: autobiography, biography (referential texts), and autobiographical novels (fictional texts).

    Autobiographical writing is fertile ground to approach the breach of the “reading contract” as defined by Philippe Lejeune in his study on autobiography – the narrative of a historical truth of the author – especially one of the two presuppositions of his referential pact, i.e. the permanent truth of a name. A close scrutiny of this private space (the private “I”) opening onto the public eye will help question the drive for truth: the author’s need to tell the whole truth or the reader’s need to read the truth.

    Moreover, if the very act of storytelling alters the idea of truth itself, it cannot be refuted that all stories are true since they are sheer invention, thus endowing these fictions with a narrative “truth.” Nonetheless, there remains the question of the controversial nature of truth in the novel, when the author, for instance, reinvents the life of a famous character to write his biography (Zoli and Dancer by Colum McCann); in autobiographical novels (Vladimir Nabokov, John Fante, William S. Burroughs, Jack Kerouac, Philip Roth, Saul Bellow, Edmund White, Dan Fante, etc.) and in memoirs (Wolf, a false memoir, by Jim Harrison, The Invention of Solitude and Hand to Mouth by Paul Auster, Off to the Side by Jim Harrison) in which the author is free to lie.

    We will also consider autobiographical novels that stray away from the conventional notion of autobiography as true, and see how some novelists feel the urge to write autobiographical novels as fiction, often composed of different volumes, and rewrite their referential counterpart: an autobiography, a memoir. Eventually, forcing a dialogue between the lies of the autobiography and the truth of the novel brings to light two complex realities. Fundamentally, opening this dialogue also opens a reflexion on the author and the world, and the author’s desire to reach a certain truth about the self and the world.

    Contacts: Yannicke Chupin et Peggy Pacini

  •  8. La diplomatie de la vérité, entre information et propagande

    Annick Cizel (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)
    Maud Quessard-Salvaing (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

    Objet de discours, slogan de campagne, ou ambition de croisade idéologique, la vérité s’est imposée comme une arme privilégiée des stratégies diplomatiques de la puissance américaine. Depuis la déclaration de ces « vérités évidentes » assorties de « droits inaliénables » qui scellent la naissance d’un nouvel État au sein du concert des nations, aux ambitions humanistes et conquérantes de la Destinée manifeste et à leur héritage de « promotion de la démocratie » à l’ère contemporaine, la vérité a tenu une place prépondérante dans la stratégie de suprématie d’une puissance victorieuse de l’Autre. Elle est au cœur du contrat idéologique qui fonde l’Alliance occidentale du « monde libre » dans la guerre froide, de « l’alliance des démocraties » (George W. Bush) ou du récent « partenariat des démocraties » (Hillary Clinton) consacrés dans la lutte anti-terroriste transnationale de l’après 11 septembre.

    Ainsi la diplomatie des Etats-Unis a-t-elle façonné l’image d’une Amérique idéologisée dans l’universalité d’un principe moral global, se dotant peu à peu des outils de sa projection à l’échelle mondiale. Acteurs de cette diplomatie particulière, diplomates et émissaires dépêchés par le département d’État, universitaires et think-tanks, tous s’attachent à véhiculer les principes humanistes et théologiques d’une destinée politique à vocation universelle, à construire une mise en valeur de la réalité s’adressant tout à la fois à la logique raisonnée des « esprits » et à l’affect émotionnel des « cœurs ». En temps de guerre, surtout, la construction d’une vérité nationale prend alors toute sa place dans l’arsenal de la sécurité nationale.

    Savamment théorisée, construite et mesurée, la diplomatie publique participe de l’appareil de la politique étrangère des Etats-Unis. Elle est devenue au cours du XXe siècle un atout dans la construction de « la vie dans la vérité » (Vaclav Havel), le ressort principal du soft power (Joseph Nye) au service des intérêts de sécurité nationale, un outil premier de la stratégie totale du smart power véhiculée par l’Administration Obama. Cet atelier se propose de revenir sur la construction et la diffusion des discours et des images de la diplomatie de la vérité véhiculée par les Etats-Unis au cours du « long » XXe siècle pour en comprendre les présupposés, les enjeux et les modes de fonctionnement à travers différentes études de cas susceptibles de constituer et d’illustrer un panorama significatif des lignes directrices du soft power américain.

    Contacts: Annick Cizel et Maud Quessard

  •  9. Représentations de l’ethnicité dans le discours historique aux Etats-Unis

    Dominique Daniel (Oakland University, Michigan)

    Depuis que certains historiens ont déclaré l’objectivité de leur discipline un "noble rêve", pour reprendre l’expression de M. Novick, les universitaires se sont intéressés aux facteurs et processus qui façonnent le récit historique. Michel Rolph Trouillot, dont les travaux portent sur les relations entre histoire et pouvoir, distingue 4 étapes dans le processus de création des récits historiques (« historical narratives ») : la création des faits (production des sources), l’assemblage des faits (création des archives), l’utilisation des faits (production des récits historiques) et l’interprétation rétrospective (production de l’histoire). Pour comprendre les biais qui influent sur notre connaissance du passé, Trouillot affirme qu’il faut étudier les processus à l’oeuvre pour chacune de ces étapes. C’est ce que se proposent de faire les communicants dans cet atelier, pour ce qui est de l’histoire de l’immigration et de l’ethnicité aux Etats-Unis. La première communication rappelle que l’interprétation commence dès le moment de constitution des sources primaires, un processus influencé par les différences culturelles et les relations de pouvoir entre groupes collectionneurs et « collectés ». De ces sources dépendent les futures représentations historiques des groupes ethniques et l’interprétation de l’expérience de l’immigration. Les deux communications suivantes montrent que ces représentations historiques ont des enjeux politiques et idéologiques. Elles sont l’objet de négotiations et de confrontations incessantes en fonction de l’évolution de ces enjeux. Elles sont créées et recréées, utilisant les sources historiques existantes mais aussi les silences de l’histoire. Dans un domaine sensible comme celui des relations ethno-raciales aux Etats-Unis, la constitution des collections d’archives et leur utilisation et manipulation par les historiens mais aussi les groupes impliqués, illustrent bien les enjeux de la construction des « vérités » historiques.

  •  Representations of Ethnicity in American Historiography

    Since historians, like M. Novick, have begun to see objectivity in
    history as a “noble dream”, academics have become increasingly
    interested in the study of the factors and processes that shape
    historical narratives. Michel-Rolph Trouillot, who specializes in the
    relationship between history and power, distinguishes between four
    stages in the making of historical narratives: “the moment of fact
    creation (the making of sources); the moment of fact assembly (the
    making of archives); the moment of fact retrieval (the making of
    narratives); and the moment of retrospective significance (the making
    of history in the final instance)”. To better understand the biases
    that influence our perception of the past, Trouillot affirms that it
    is necessary to analyse the contextual processes involved at each
    stage.

    This is what this workshop will try to do, as applied to the history
    of immigration and ethnicity in the United States. The first paper
    starts with the reminder that interpretation begins with the
    collecting of primary sources, a process influenced by cultural
    differences and power relationships between collecting and collected
    groups. From these sources depends the future historical
    representations of ethnic groups and interpretations of the immigrant
    experience. As the next papers illustrate, such historical
    representations have political and ideological stakes. They are the
    object of constant negotiations and confrontations that affect, and
    are affected by those political and ideological stakes. They are
    created and recreated, using existing historical sources but also the
    “silences” of history.

    In such a sensitive issue as ethnocultural relations in the United
    States, the creation of archival collections and their use and
    manipulation by historians as well as interested parties illustrate
    what is stake in the construction of historical “truths”.

    Contact : Dominique Daniel

  •  10. Scandal in US News & Popular Culture

    John Dean (Université de Versailles Saint-Quentin)

    Scandal is a sometimes brutal, a sometimes surgically fine process in US civilization by which a festering lie may be exposed by the knife of truth. Or not. For one may tell the scandal and not tell the truth.
    Scandal comes in as many forms as its US era can handle. Shakespeare coined the word in Hamlet – to mean a “disgraceful imputation” — eight years before Jamestown was settled. Scandal was word manure in the original American mix. To paraphrase Jefferson, it seems that the tree of liberty must be refreshed from time to time with the blood of an offense committed by a holder of high office, social shock, an outrageous event or person, disrepute itself, malignant gossip, a salacious edge. Why?
    Yet scandal runs a strange range in America from insightful social criticism to yellow tabloid vomit. Doesn’t its gamut extend from the genteel yet thorny debate of The Federalist Papers and the first colonial-national uprisings (Shay’s Rebellion, 1786: “I am deeply abused”) — through the nation’s rough & tumble cable news mongers of CNN, Fox News, DrudgeReport and the Huffington Post?

    Having said this, how and where does one get at scandal in American civilization? Hasn’t its increasing dominant form of expression over the course of US history been in the growing medium of news? Because news is the town crier. News makes way for the pillory. News can be the trap, the jaw in which the lie is caught. Or escapes.

    The student who delights in scandal can find it in an embarrassment of US forms. In the political arena of American government and politics, scandal flourishes on the local, state-wide or national level (notoriously Watergate, Irangate [Iran-Contra Affair], Lewinskygate, and many others). Along with politics comes a moral outrage about social issues; probably the best known 20th century example would be racial segregation – which still feeds the fires of US news in its multiple ethnic forms.

    Then comes celebrity use of making scandalous news in the USA. In terms of US Cultural History this phenomenon was probably first perfected by P.T.Barnum in his freak shows and elsewhere; Barnum a master at milking scandal to make an honest buck. Hasn’t scandal been bread and butter of American movie, tv, and popular culture industries – extending from the sensational murder trials of Hollywood’s Fatty Arbuckle in 1921 through O.J.Simpson’s very own of 1994-95? And weren’t they each about much more than mere murder? Considering the relation of US society, music and its cultural icons — where would old bump-and-grind Madonna be without scandal? To what extent has Curt Cobain’s scandalous suicide kept him alive? What about Lady GaGa? Isn’t the US entertainment industry electrified throughout by scandal? Is scandal of this ilk only superficial bread and circus for the hoi poloi or does it go deeper?

    The list goes on. There’s business: the Crédit Mobilier of America scandal of 1872, the US savings and loan crisis of the 1980s & 1990s, the subprime mortgage scandal of the early 21st century. There’s crime: the scandalous disruption of law and order during the Great Depression (particular with home-grown, road criminals such as Bonny & Clyde and John Dillinger), the Kefauver Commission’s use of scandal in the early 1950s to get over the head of the political bosses to The People about a cause they truly seemed to care about, or TV scandal mellowed into the prosaic Prosac of middle class life in HBO’s The Sopranos. There’s religion: US radio priests and televangelism from the 1920s through the present time and the plague of sex-crimes rampant in US Catholicism over the last few years.
    Each has their image, voice, and meaning. Each has scandal in common. Yet each has differently expressed America — awaiting, & inviting, your exploration.

    Contact: John Dean

  •  11. L’expérience de la vérité

    Agnès Derail-Imbert (Ecole Normale Supérieure/Université Paris Sorbonne – Paris 4)
    Thomas Constantinesco (Université Paris Diderot)

    Y a-t-il une expérience américaine de la vérité ? On postulera deux grands modes d’appréhension et de constitution de la vérité qui, sans être absolument propres à l’Amérique, s’y entrecroisent et s’y déploient à la faveur d’une configuration historique et géographique singulière : d’un côté, la révélation, l’apocalypse, et de l’autre, la création, la fabrication. Dès avant sa découverte, l’Amérique est imaginée comme le lieu de l’avènement de la vérité. Selon ce schème apocalyptique, typique de la pensée puritaine, l’avancée dans le désert américain est la trace d’un cheminement vers l’accomplissement de la vérité et son dévoilement suivant le plan divin. Dans cette perspective, « Amérique » est le nom encore indéchiffrable de la vérité, qui n’en finit pas de se découvrir au fil de l’exégèse et de la longue scrutation des signes. Et c’est en ce sens que la vérité révélée a partie liée avec les lettres, avec la lettre comprise comme objet d’une herméneutique et instrument heuristique. Conjointement cependant, cette entreprise de déchiffrement se double d’un désir de construire le sens de la vérité, car le travail de la lettre invente la vérité au moment même où il prétend la dévoiler. De ce point de vue, « Amérique » serait le nom des vérités possibles. La vérité n’est pas là, apodictique, attendant d’être découverte, et encore moins vérifiée, mais elle se fait au gré de l’expérience. Comme le dira William James : « Truth is made, just as wealth, health and strength are made, in the course of experience. » Vérité processuelle, donc, qui résulte d’une série de transactions entre la conscience individuelle et le monde, et suppose une forme de confiance dans la conversion possible de l’un dans l’autre. La connaissance s’élabore au cours d’une aventure où la conscience se constitue, s’amplifie ou se rétracte, selon l’intensité et l’étendue des connexions physiques et mentales qui relient la pensée à ce qui l’environne.

    Cet atelier souhaiterait s’interroger sur le conflit entre ces deux modalités de la vérité qui traverse les textes américains. Les propositions pourront porter sur l’ensemble des lettres américaines sans distinction de genre, ni d’époque.

  •  The Experience of Truth

    Is there an American experience of truth? Two modes of apprehending as well as constructing the truth, while not strictly native, may be said to have flourished in America and to have come together under specific historical and geographical conditions. One of these modes may be called revelatory or apocalyptic whereas the other pertains to creation or fiction. Even before it was discovered, America was imagined as the place where the world would witness the advent of truth. This apocalyptic paradigm, typical of the Puritans’ way of thinking, conceives of the American errand into the wilderness as a step towards the ultimate unveiling of truth and as its exposure according to God’s providential design. In this perspective, “America” is truth’s undecipherable name, whose meaning is gradually uncovered as the signs of its manifestation are tracked down and interpreted. Signs and letters are thus both a hermeneutical object and a heuristic instrument, so that, in America, literature has been, from the start, inseparable from the quest for truth. Simultaneously, however, such interpretive endeavour has been coupled with a desire to fashion truth, since writing contributes to inventing the meaning of truth even as it claims to unravel it. From this alternative perspective, “America” is the name for all possible truths, which are not “out there” and waiting to be discovered, let alone verified, but are to be fashioned in the flux of experience. William James encapsulates this perspective on truth: “Truth is made, just as wealth, health and strength are made, in the course of experience.” Truth is a process, then, which results from a series of transactions between the subject’s consciousness and the world and presupposes some kind of trust in the possible conversion of one into the other. Knowledge develops in the course of an adventure that sees consciousness also take shape, expand and retract, according to the intensity and extent of the physical and mental connexions that link thought to its environment.
    This workshop aims to look at the relations between these two versions of truth in American literature. Papers may focus on any aspect and period of American letters.

    Contacts: Agnès Derail-Imbert et Thomas Constantinesco.

  •  12. La vérité : sa couleur, son sexe, sa culture – relativisme et absolutisme en histoire des idées.

    Patrick Di Mascio (Université de Provence)

    Le pragmatisme, mouvement philosophique et intellectuel tenu pour un parfait reflet de l’idéologie américaine par Bertrand Russell, pose de façon frontale la question de la vérité en tant qu’il tourne le dos aux conceptions de la vérité comme « correspondance avec la réalité » ou comme « cohérence ». Le pragmatisme, de Peirce à Rorty, quoique de manières fort différentes, fait des théories, ou plus simplement des idées, des hypothèses destinées à créer du possible et non des édifices contribuant à la fabrications de dogmes. A cet égard, il constitue le versant américain de l’ère du soupçon à l’européenne, de Nietzsche à Freud en passant par Marx.

    Gageons donc qu’il existe un noyau pragmatiste et pragmatique dans l’immense corpus de l’histoire intellectuelle des Etats-Unis. Même si le pragmatisme n’est pas le tout de la pensée américaine, il pose de façon radicale une question récurrente en l’histoire des idées : la façon dont une pensée se confronte à une autorité dont la notion de vérité paraît l’aboutissement. Les exemples sont légions : on pensera bien sûr à la tradition issue d’Emerson et de Thoreau, mais aussi à tous les mouvements qui se sont trouvés confrontés à des normes engageant de quelque façon la question de la vérité à la façon dont se fabrique la vérité.

    Ainsi, derrière le débat sur le multiculturalisme, on discernera sans peine la question de la vérité des croyances et le souci de conférer à chaque système de croyance une égale dignité - et il en va de même pour les questions religieuses. La contestation féministe a eu comme effet de jeter le doute sur la science et son discours qui s’adosse à des qualités « masculines » et s’appuie sur des dualismes solidement ancrées (raison/passion ; masculin/féminin). Quant au domaine littéraire, c’est sans doute la question du canon qui pose le plus clairement la question du vrai : les « grands textes » ne sont-ils pas porteurs d’une vérité qui ferait défaut aux autres, tenus pour mineurs, voire qui seraient exclus du champ littéraire, la question esthétique servant de voile à la question des « vérités » véhiculées par le texte ?

    Cet atelier se propose donc de réunir des contributions qui relèvent de l’histoire des idées et qui posent en somme la question de savoir dans quelle mesure la vérité est la chose la mieux partagée.

  •  Truth : its color, gender and culture – relativism and absolutism in intellectual history.

    Pragmatism, allegedly a perfect reflection of American ideology (see B. Russell’s scathing remarks on
    pragmatism’s provincialism), entails a radical reassessment of the question of truth. The European
    intellectual tradition produced two visions of truth: truth as correspondence to reality and truth as
    inner consistency. Pragmatism challenged the notion of truth as universal and fixed, and insisted
    on the hypothetical quality of our ideas and theories. Through its assault on truth, pragmatism
    contributed to the intellectual climate that made possible the emergence of relativistic stances on
    the cultural scene. In more ways than one, pragmatism has exemplified antiauthoritarianism. This
    workshop will welcome contributions that focus on the challenge to the cultural and intellectual
    avatars of the idealistic conception of truth that pragmatism undermined.

    Possible areas of culture where the pragmatic lesson reverberates are many. The debate over
    multiculturalism is underlined by a reconstruction of the notion of truth and its correlates: each
    community tries to promote its own system of values and its creeds, thus sapping our universalistic
    preconceptions. The feminist protest threw doubt on the uses of truth in one of the bastions
    of “objectivity”, namely science: Evelyn Fox Keller, for one, exposed the phallocentrism of scientific
    discourse that depicts science as a male activity dealing with a feminine, passive nature. The question
    of race recapitulates the issue of truth as a cluster of norms that lies at the core of a vast and
    complex power game. The literary field also is saturated with the question of truth: the “canon”,
    once put to the pragmatic test, appears as a corpus designated to typify aesthetic norms that really
    act as a veil covering up ideological assumptions, thus leaving unquestioned the truths harbored in
    the text.

    Truth as something provisional, truth as a necessary fiction that makes action and thinking possible:
    such is the pragmatic angle from which all claims to “truth” will be examined.

    Contact : Patrick Di Mascio

  •  13. Quelles vérités pour l’art ?

    Eliane Elmaleh (Université du Maine, Le Mans)

    L’histoire de l’art montre que n’importe quelle réalité historique peut devenir la scène d’une « mise en forme » esthétique. Mais, ce faisant, l’art transforme la réalité qui lui sert de matériau afin de re-présenter son essence telle qu’il la voit, de refléter le réel selon son propre regard. La question de la réalité est-elle alors encore légitime ? Et de quelle réalité s’agit-il ? L’art se constitue-t-il de façon autonome en contradiction avec la réalité ? Sans cette autonomie, succomberait-il à la réalité qu’il cherche à appréhender ? Toutes ces questions sont autant de pistes que l’on peut suivre pour tenter d’appréhender les vérités auxquelles l’art peut prétendre. On pourra ainsi se demander si l’hyperréalisme ‒qui n’est pas dissociable d’une survivance d’une longue tradition figurative américaine‒ qui se caractérise par un rendu minutieux de la réalité, adhère au réel et à une certaine forme de vérité parce qu’imitant la technique précise des gros plans photographiques. Si l’on pense aux photographies de Diane Arbus, fascinée par les personnages hors normes, ou encore à celles tout aussi polémiques de Robert Mapplethorpe, on pourra se demander si leur vérité se situe dans ce qu’ils veulent donner à voir et ce faisant, de quelles vérités il s’agit.

    Pour les modernistes, qui croyaient au progrès et à la vérité, l’art était la voix de la contestation, la « voix de la vérité » qui s’opposait aux forces de l’obsolescence et de l’hypocrisie. Lorsque la société établie ne pouvait plus donner une image du monde tel qu’il était, l’art entrait en scène pour dénoncer ses pratiques et rétablir une vérité nouvelle. L’art se voulait être la voie courageuse, celle qui marquait son opposition et qui finissait par être entendue. On pourra alors se demander quelle était la place de la vérité dans cette opposition, de la même manière qu’on questionnera la notion de « culture de la résistance » liée à la vérité.

    La vérité est une constante dans la définition du réalisme socialiste, mouvement très en vogue dans l’Amérique des années 30, vérité attachée à une conception marxiste du monde ; l’art doit être révolutionnaire et prendre part à la lutte pour la libération des individus d’une société oppressée. La « vérité de l’art » est de refléter le manque de liberté d’une société et réside dans son pouvoir de rompre le monopole de la réalité établie. On pourra questionner ce monde esthétique comme principe de réalité différent. Lorsque l’art définit ses objectifs et revendique l’énonciation de sa propre vérité, parvient-il alors à s’émanciper d’une réalité unidimensionnelle ? Les oeuvres produites pendant cette période attestent-elles ou non d’une défaillance de l’art en faveur d’une réalité/vérité ?

    Depuis l’émergence de l’art postmoderne au milieu des années 60, cette problématique de la vérité relève-t-elle encore du possible ou n’est-elle plus que non-sens ? Le point de vue épistémologique qui sous-tend ce mouvement étant le relativisme, il n’existe plus de vrai absolu, ni de faux. L’art postmoderne ayant créé une histoire de l’art à facettes multiples, ayant écrit des histoires parallèles au lieu de l’histoire linéaire que les mouvements précédents avaient offert, que devient la notion de vérité universelle objective ? A-t-elle laissé la place à de multiples versions de la vérité, garante d’une tolérance pour une diversité des opinions ? Dans son ouvrage intitulé The Transfiguration of the Commonplace, Arthur C. Danto (1981) décrit une exposition artistique dans laquelle huit toiles carrées rouges identiques sont censées être huit représentations d’un genre différent. Cet exemple, qui peut bien évidemment être perçu comme une pure provocation, illustre t-il l’impasse à laquelle peut mener la recherche d’une « vérité » dans l’art ? L’oeuvre d’art a toujours été plurivoque, même si les artistes, jusque vers la fin du XXème siècle, s’attachaient à reproduire une « réalité » d’après nature. Cette pluralité est criante aujourd’hui. On se demandera si elle permet d’affirmer que la vérité dans l’art ne peut être qu’un postulat subjectif, lié d’une part à l’objectif et à la pratique de l’artiste, d’autre part au regard du spectateur, et enfin au contexte socioculturel dans lequel l’oeuvre est produite.

    Cet atelier se propose donc de questionner le rôle que peut avoir l’art dans la recherche de la vérité. L’art est-il un agitateur extérieur comme il a pu l’être dans l’avant-garde moderne ou n’est-il au contraire que la capacité qu’a la société d’absorber toute vérité, qu’elle soit une voix discordante ou harmonique pour la transformer en produit de consommation ?

  •  What truths for Art?

    Art History shows that any historical reality may be translated into aesthetic terms. Therefore one may wonder if the question of reality is still legitimate. Which reality should we consider? Can art be constituted autonomously in opposition to reality? Without this autonomy, would it fall victim to the reality it seeks to tackle? All these questions amount to the many ways of apprehending the truths that art can claim to reveal. Thus we can wonder if hyperrealism ¾which cannot be dissociated from a long figurative tradition in American art and is characterized by a close representation of reality¾ refers to a certain kind of truth because it imitates the photographic technique of close ups.

    For modernists who believed in progress and truth, art was the voice of protest, the voice of truth which fought against the voices of obsolescence and hypocrisy. When mainstream society could not provide a reliable picture of the world as it was, art then came onto the stage to challenge social practices and establish a new truth. Art was the way of courage, marking opposition and in the end it triumphed. The role of truth in this opposition will be interrogated as well as the notion of “cultural resistance”.

    Art was constantly invoked in socialist realism, an art movement which was fashionable in the 30s in the US when truth was linked to a Marxist interpretation of the world. The world of aesthetics as a different reality principle can be interrogated. When art defines its own objectives and claims to speak its own truth, can we say it frees itself from a unidimensional reality?

    Since the emergence of post-modernism in the mid 60s, the question of truth may have moved away from the possible to the realm of meaninglessness. Epistemologically, relativism undergirds postmodernism, therefore there is neither absolute truth nor absolute falsehood. Can one still refer to an objective, universal truth? Or instead are there multiple versions of truth that ensure toleration for a diversity of opinions?

    A work of art has always been multilayered even if, till the end of the 20th century, artists strove to represent a “reality” after nature. This diversity is prevalent today. Therefore, one needs to wonder whether truth in art is only a subjective stance which is connected to objective reality and the practice of the artist on the one hand, and to the spectator’s gaze and to the socio-cultural context in which art is produced on the other.

    This workshop aims therefore at questioning the role of art in the search for truth. Does art function as a source of contestation as was the case fort the modernist avant-garde or, on the contrary, does it help society absorb any kind of truth whether it be one of protest or one of approval in order to transform it into consumer goods?

    Contact : Eliane Elmaleh

  •  14. Vérité, contrefaçon, faussaires : vers une littérature de la paranoïa ?

    Brigitte Félix (Université du Maine)
    Anthony Larson (Université Rennes 2)

    La contrefaçon ou le faux (et le faussaire) hantent un imaginaire américain obsédé par la vérité depuis ses plus lointaines origines. Ainsi les Puritains scrutaient-ils les signes de l’approbation de Dieu sur ce territoire nouveau qu’ils colonisaient, mais ils étaient perpétuellement préoccupés par la possibilité que ces signes qu’ils guettaient ou bien qu’ils déchiffraient puissent être des contrefaçons destinées à les piéger. Depuis Cotton Mather et les procès de Salem, depuis The Scarlet Letter et The Confidence Man, depuis The Great Gatsby, ou bien encore The Recognitions, la littérature américaine est obsédée par le déchiffrement des signes et par la distinction entre le vrai et le faux. Comme la brève liste ci-dessus le suggère, la paranoïa dans la littérature américaine vient de l’incertitude constante qu’il puisse y avoir une vérité, de la crainte d’être pris au jeu de la lettre et de se retrouver, en fin de compte, avec entre les mains l’équivalent littéraire d’un paquet de fausse monnaie.

    Ce qui apparaît alors n’est pas tant la défaite de la vérité (entendue aussi au sens logique) dans la culture américaine que le mouvement dynamique, sous-jacent, du faux, de la contrefaçon et des jeux de confiance qui fournissent une bien curieuse énergie à la production littéraire américaine. Cet atelier souhaite donc recueillir des propositions de communication sur le faux, la fraude et la contrefaçon dans la littérature américaine, particulièrement au XXe siècle. On retiendra tout spécialement les communications abordant des questions telles que la fraude, la contrefaçon, l’obsession du complot et de la tromperie au XXe siècle, la crise de confiance dans la véracité de la représentation, le plagiat et la création littéraire, la crise de l’originalité et de l’autorité, les rapports entre paranoïa et littérature.

  •  Truth, Fakery, and Frauds: towards a literature of paranoia?

    The fake or fraud (and counterfeiter) have haunted the American imaginary, obsessed by the truth, from its earliest origins: the Puritans sought signs of God’s approval in the territory they colonized but were constantly troubled by the possibility that the signs they sought or deciphered were counterfeits, laid to entrap them. From Cotton Mather through the Salem Witch Trials, from The Scarlet Letter to The Confidence Man, The Great Gatsby, or The Recognitions, American literature has been obsessed with properly deciphering signs, distinguishing the true from the false. As this short list indicates, the paranoia of American literature is in the constant uncertainty of the truth, of being taken in by the confidence game of letters and finding oneself holding the literary equivalent of a stack of fake bills.

    What thus appears is perhaps not the failure of truth and truth value in American culture but an underlying dynamic of falseness, fakery, and confidence games that provides a curious energy to American literary production. This panel invites contributions on fraud and fakery in American literature, particularly with regards to the twentieth century. Of particular interest would be papers that examine fraud, counterfeits, the obsession with plots and deceit in the twentieth century, the crisis of confidence in the veracity of representation, plagiarism and literary creation, the crisis of originality and authorship, paranoia and literature, among others.

    Contacts: Brigitte Félix et Anthony Larson

  •  15. Truth Value Across Media : (Un)telling 9/11

    Divina Frau-Meigs (Paris Sorbonne nouvelle)
    Sébastien Mort (Paris Sorbonne nouvelle)

    9/11 and the war on terror have left a mark on American media, but as often with media, not where it was expected. Such is the premise of this workshop, that … The treatment of the trauma has not been frontal, beyond removing some pictures of the World Trade Center or shooting a movie or two on the theme. The treatment has been much more circuitous, and so has been the interpretation of the truth value of the event. Several media strategies will be analyzed in this workshop, from the perspective of news and from the perspective of fiction, showing how American culture is dealing with the trauma a decade after the fact.

    In the case of news, Rémi Brulin demonstrates how the lack of definition of “Terror” in the ante 9/11 period sets the scene for all the hesitations between truth and lies that follows the explanation of the event. Sébastien Mort questions the fragility of the norm of objectivity as a truth value paradigm in journalism and shows its failure to ensure the credibility of the profession in the Bush era. Mathieu O’Neil explores the issue further by looking at the online debates around conspiracy and the wikileaks that question the authority of experts and allow every one to construct their truth.

    In the case of fiction, Divina Frau-Meigs considers the cognitive turn in serial story-telling, where many narratives about detection express a way of coping with the event, often by un-telling or re-telling it in such a way as to allow the mourning for the departed. Nolwenn Mingant analyzes the cinematic mechanism of telling lies to get at the truth as a political mechanism that warns the audience about the ambiguity of truth and of story-telling. All in all the workshop aims at showing the role of media in engaging the audience in the process of dealing with the traumatic event as well as their creative work at repairing and redefining it.

    Contacts: Divina Frau-Meigs: et Sébastien Mort

  •  16. Seeking the truth: American documentary culture

    Fiona McMahon (Université de Bourgogne)
    Anne Ollivier-Mellios (Université Paris 13)

    Documentary culture addresses pressures to memorialize historical events in twentieth-century America. In doing so, it exemplifies the relationships that are formed between political and aesthetic spheres. Whether in literature, photography, film or in the press, the document is taken up in a time of crisis as an opportunity for the disclosure of “truth.” In its deployment the document carries the features of the context and the experiment, technological and aesthetic, of the historical moment. For instance, with respect to the 1920s and the 1930s, documentary culture retains a place alongside what has been called literature’s “cultural work” (Michael Thurston). Functioning as an intersection of craft and socio-political conditions, such work embodies a complex dynamic between the search for truth, ideological agendas and the aim to shape the popular imaginary.

    When a writer undertakes “the extension of the document,” as Williams Carlos Williams said for instance of Muriel Rukeyser, the boundaries between the imaginary and the factual are blurred, just as the threads shaping historical and fictional narrative become intertwined. Throughout the twentieth century the assimilation of documentary sources into poetry and the novel (Muriel Rukeyser, Charles Reznikoff, W.C. Williams, Marianne Moore, J. Dos Passos, Rosmarie Waldrop, Susan Howe) demonstrates how aesthetic experience meets with historical circumstance and political critique to form what Michael Thurston has called a “poetics of politicized memory.”

    For intellectuals, be they essayists, philosophers or historians, the role they have to play in the quest for truth and for its recovery has been a key subject of inquiry since the beginning of the twentieth century. For example, in the case of the philosopher John Dewey, truth not being immutable, it needs to be discovered: “truth is not eternal and absolute but it can be made to happen.” As for historians and essayists, examining the truth has meant observing not only the historical moment, but also the role of the political and historical document. What relationship should the intellectual entertain with the document? Is the bare document more objective (closer to the truth) than the interpretation provided by the intellectual? Is it the task of the intellectual to adopt a distanced standpoint as a means to question and interpret the document? The consensus amongst American intellectuals, to quote Arlette Farge, writing at the close of the 1980s, is that the intellectual needs to act as an arbitrator: “there needs to be an alternative to the engrossing power of the raw document.” However, what determines the value of the intellectual’s testimony and judgement?

    These questions sparked intellectual debate at the time of World War One, during and after the Russian Revolution, and remained at the forefront throughout the 1930s. Radical American magazines began to publish propaganda from the Wilson administration in support of the War as well as first the first documents reporting on Revolutionary Russia. Thanks to such opportunities as interviews of American politicians and Russian leaders, cartoons opposing scenes from a communist paradise and a capitalist hell, testimonies of intellectuals returning from Russia, the focus of intellectual activity was directed to the relationship between the political document, propaganda and truth.

    Participants in the workshop are invited to examine the formation of documentary culture within the context of the first decades of the twentieth century. What defines the authority of documentary with the onset of intermedial practices, combining photography, reportage, case histories and testimony? What record may be provided when conventions exercised by documentarists are appropriated by the intellectual, the poet and the novelist?

  •  Culture documentaire et vérité

    Si la culture documentaire est la réponse aux efforts qui se déploient pour commémorer des événements de l’histoire américaine au vingtième siècle, elle donne à voir par la même occasion la rencontre entre des sphères politiques et artistiques. Le recours au document qu’il soit littéraire, iconographique, cinématographique ou issu de la presse, devient en temps de crise (sociale, politique ou économique) un moyen d’accéder à la vérité. Le document est empreint du contexte à la fois technologique et artistique dans lequel il est produit. À titre d’exemple, dans les années vingt et trente, la culture documentaire commence à occuper une place aux côtés de ce qui se décline comme « travail culturel » de la littérature, pour reprendre les mots du critique Michael Thurston. Au croisement de l’art et du politique, le travail documentaire est le résultat d’une dynamique complexe entre la recherche de la vérité, le parti-pris idéologique et l’imaginaire populaire.

    Quand un écrivain entreprend d’ouvrir les horizons du document, comme l’a dit William Carlos Williams à propos de Muriel Rukseyer, les frontières entre l’imaginaire et le réel s’effacent, tout comme les fils qui tissent le récit historique et le récit romanesque s’entremêlent. Tout au long du XXe siècle, l’incorporation de sources documentaires dans la poésie ou le roman (Muriel Rukseyer, Charles Reznikoff, W.C.Williams, Marianne Moore, John Dos Passos, Rosemarie Waldrop ou Susan Howe) témoigne de la manière dont l’expérience esthétique rencontre le fait historique et la critique politique pour créer ce que Michael Thurston appelle une « politique de mémoire politisée ».

    Qu’ils soient essayistes, philosophes ou historiens, les intellectuels se sont également posés, depuis le début du XXe siècle, la question de la vérité et de leur rôle dans la quête ou la restitution de la vérité. Pour le philosophe John Dewey, par exemple, la vérité n’est pas immuable mais doit être découverte (« truth is not eternal and absolute but it can be made to happen ») Les historiens et les essayistes ont pour leur part abordé la question de la vérité en interrogeant non seulement leur rapport à l’événement mais également au document politique et historique. Quel doit être le rapport entre l’intellectuel et le document ? Le document brut est-il plus objectif (proche de la vérité) que son interprétation par l’intellectuel ? Le devoir de l’intellectuel est-il aussi d’interroger et d’interpréter le document, c’est-à-dire prendre de la distance ? La plupart des intellectuels américains estiment alors, comme l’écrira l’historienne Arlette Farge à la fin des années 80, qu’ « une restitution fascinée du document brut ne suffit pas » et que l’intellectuel a un rôle de médiateur. Mais si l’intellectuel interprète, quelle peut alors être la valeur (de vérité) de son témoignage et de son jugement ?

    Ces questions se posent avec beaucoup d’acuité au moment la Première guerre mondiale, pendant et après la révolution russe, jusques et y compris dans les années trente. Les revues radicales américaines commencent alors à publier la propagande du gouvernement Wilson en faveur de la guerre ainsi que les premiers documents sur la révolution bolchevique et la vie en Russie. Interviews de politiciens américains et de dirigeants russes, cartoons représentant le paradis bolchevique et l’enfer capitaliste, témoignages d’intellectuels ayant séjourné en Russie, sont autant d’occasions pour les intellectuels américains de s’interroger sur le rapport entre document politique, propagande et vérité.

    Les propositions de communication pourront porter sur la formation d’une culture documentaire aux Etats Unis dans les années vingt et trente, voire même au lendemain de la Seconde guerre mondiale. Quelle autorité accorde-t-on au documentaire issu des procédés de fabrication intermédiale où s’entremêlent photographies, reportages, rapports et témoignage ? Quelle mémoire écrit-on dès lors que des méthodologies du documentariste sont appropriées par l’intellectuel, le poète ou le romancier ?

    Contacts: Fiona McMahon et Anne Ollivier-Mellios

  •  17. La vérité politique : la construction d’un rapport de forces ?
    Vincent Michelot, Institut d’Etudes Politiques de Lyon

    Cet atelier vise à explorer la manière dont la vérité est construite en politique américaine au 20ème siècle ou encore aujourd’hui. S’agit-il simplement d’une illusion philosophique manipulée à des fins partisanes et/ou idéologiques (il n’y a pas de vérité en politique) ou plutôt d’un idéal vers lequel les gouvernants doivent tendre et les gouvernés l’exiger par une participation active dans la conversation politique et la surveillance de la marche de l’État. On s’intéressera d’abord au processus de construction de la vérité par le biais du fonctionnement des institutions et par son inscription dans le droit constitutionnel, par exemple dans le contrôle de constitutionnalité des lois par la Cour suprême. Les échanges se structureront aussi autour de l’antonyme de la vérité, le secret, pour poser la question de la responsabilité des gouvernants devant le peuple. Le secret est-il au centre vital de la « nouvelle présidence impériale » plébiscitaire et irresponsable ou un produit dérivé d’un nouveau mode de fonctionnement entre l’État et des médias radicalement transformés dans leur rapport à la vérité en politique, en raison notamment de la polarisation idéologique? Enfin, lié intimement à la vérité et à la responsabilité se trouve le concept de transparence. Quand bien même il existerait une ou des vérités politiques sont elles ou doivent-elles être accessibles ?

  •  Truth in American Politics: a power play?

    This workshop aims at exploring the way truth has been constructed/construed in American politics in the 20th Century and until today. Is truth simply a philosophical illusion manipulated to partisan and ideological ends (there is not truth in politics) or rather an ideal at which elected officials should aim and the people should demand through both active participation in the political conversation and oversight of government operations. The workshop will focus first on the process of inventing/creating/building the truth in the daily functioning of institutions but also in its inscription into constitutional law through the process of judicial review, specially in the US Supreme Court. Exchanges will also be organized around the antonym of truth, secrecy, to raise the question of the accountability of elected officials to the people. Has secrecy become the vital center of a plebiscitary and unaccountable “new imperial presidency” or is it simply the by-product of a new relationship between Government and the media, whose rapport to the truth has been radically altered because of ideological polarization? Finally the concept of truth cannot be disconnected from that of transparency. Even there is such a thing as truth in politics is it and should it be readily accessible?

    Contact: Vincent Michelot

  •  18. Vérité et mensonge au cinéma

    Gilles Ménégaldo (Université de Poitiers)
    Anne-Marie-Paquet-Deyris (Université Paris Ouest Nanterre)

    Vérité et mensonge sont au cœur de la représentation cinématographique qu’elle relève du documentaire ou de la fiction. Comme l’indique le titre français du célèbre film d’Orson Welles, F For Fake (Vérités et mensonges), les deux notions sont souvent indissociables. Le statut ontologique de l’image filmique est déjà en soi problématique car elle produit une illusion de réalité. De plus, le cinéma joue avec la « vérité » à tous les niveaux : celui de la fabrication du film, de la mise en scène, du travail sur les décors, les effets spéciaux etc. Le numérique crée un niveau d’illusion supplémentaire puisqu’il n’a même plus besoin d’un référent dans la réalité.

    Cette vaste question peut se déployer selon divers axes. Le documentaire a bien sûr une place de choix. On pourra interroger l’œuvre de grands documentaristes comme Wiseman ou Kramer. On pourra évoquer la question de la sélection et du montage des documents, le cinéma de propagande, la manipulation des images et du point de vue chez certains cinéastes (Michael Moore par exemple), la « vérité » du cinéma ethnographique (chez Flaherty par exemple), le genre particulier du « mockumentary » etc.

    En ce qui concerne le cinéma de fiction, la thématique de la vérité et du mensonge est récurrente. Le film historique tente de reconstruire la vérité de tel ou tel événement, par exemple l’affaire Rosenberg, le Watergate etc De nombreux films hollywoodiens s’interrogent sur le rôle de la presse et dénoncent les manipulations des pouvoirs. La question de la vérité peut aussi se poser à propos du biopic, faut-il dire la vérité sur les grands hommes ?; On pourra évoquer à ce propos les biographies d’hommes politiques, de savants ou d’écrivains. Un western comme L’homme qui tua Liberty Valance de John Ford pose clairement la question de la vérité : on se souvient que le journaliste préfère le mensonge ou l’omission : « print the legend ». La question de la vérité est aussi présente dans de nombreux scénarios, par exemple dans All About Eve de Mankiewicz. On pourra donc explorer cette tension entre vérité et mensonge dans de nombreux films de genre, comme par exemple le film noir ou le « double crossing » est fréquent, mais aussi dans la comédie. Les cinéastes se permettent aussi des entorses au contrat spectatoriel en proposant comme Hitchcock dans Le grand alibi, des flashbacks mensongers. On pourra donc interroger les différents modes de manipulation de la narration filmique.

    Ces quelques remarques sont indicatives. D’autres pistes peuvent être explorées.

    Contacts: Gilles Ménégaldo et Anne-Marie Paquet-Deyris

  •  19. « To read true books in a true spirit » ? : questions d’herméneutique et d’éthique de la lecture

    Françoise Sammarcelli (Université Paris Sorbonne)

    On se propose dans cet atelier d’aborder la question de la vérité dans les termes des œuvres littéraires – et singulièrement des œuvres de fiction – et des problèmes d’herméneutique qui s’y rattachent. La notion a-t-elle alors une pertinence ? Comment se construit le discours de vérité de/sur un texte de fiction ? Comment articuler le rapport entre vérité et sens du texte ? Dans Sens et textualité (1989) le sémanticien François Rastier rappelait comment un texte régule les possibilités de constructions du sens, limitant les choix interprétatifs, et il soulignait les effets de contexte. Faut-il oublier Critique et Vérité de Roland Barthes (1966) et son idée que le plaisir d’une lecture garantit sa vérité ?

    Il s’agira parallèlement de se demander quel doute éthique anime nos lectures. On se souvient que dans le chapitre « Reading » de Walden, Henry David Thoreau définissait la lecture « vraie » et imaginait l’engagement du lecteur idéal ou héroïque. Les critères de lecture éthique et esthétique peuvent-ils être totalement dissociés ? Comment les théories de la lecture nous aident-elles à envisager notre responsabilité critique?

    On tentera d’apporter quelques éléments de réponse à ces questions pour / à travers l’étude de textes fictionnels et de nos stratégies de lecture.

  •  « To read true books in a true spirit » ? : on hermeneutics and the ethics of reading

    This panel aims to address and problematize the question of truth in the context of literary works—more specifically in fiction—and to examine the related issues of hermeneutics. To what extent is the notion of truth relevant when fiction is concerned ? How is the discourse of truth of/on a fictional text elaborated ? How can one articulate the relationship between truth and meaning ? In Sens et textualité (1989), semanticist François Rastier reminded his readers that literary texts contain instructions that limit interpretive choices, and he insisted on contextual effects. Should one then forget Roland Barthes’s Critique et vérité (1966) and his notion that the pleasure derived from a reading guarantees its truth ?

    Simultaneously it is worth wondering about the role and status of ethical doubt in our reading. One remembers that, in Walden, Henry David Thoreau defined « true » reading and elaborated on the commitment required from the ideal or heroic reader. Can the criteria of ethical and aesthetic reading be totally dissociated ? How can the theories of reading help us (re)consider our responsibility as critics ?

    The speakers will try to tackle some of these issues while examining fictional texts and our critical or theoretical strategies.

    Contact: Françoise Sammarcelli (frasamm@club-internet.fr)

  •  19. Mobilisations politiques et (contre)vérités

    Emilie Souyri (Université Nice Sophia Antipolis)
    Jean-Baptiste Velut (Université Paris Est Marne-la-Vallée)

    L’histoire sociale et politique des États-Unis peut être interprétée comme l’éternelle redéfinition d’un ordre idéologique ou institutionnel établi sous la pression des forces sociétales. Pour Frances Piven (2006), les mouvements sociaux – depuis la révolution américaine jusqu’à la mobilisation altermondialiste en passant par les mouvements féministes et les défenseurs des minorités ethniques – sont les catalyseurs des révolutions idéologiques et politiques en vertu de leur « pouvoir disruptif ».

    Ces acteurs du progrès social s’efforcent de révéler, redéfinir et parfois même déformer la vérité au moyen de « cadres d’interprétation » (frames). Selon David Snow et Robert Benford (1986), les mouvements sociaux et les organisations de la société civile utilisent ces stratégies discursives pour donner plus de résonance à leurs causes en ralliant l’opinion publique, les élites politiques et/ou les médias – l’objectif final étant de changer l’ordre du jour des affaires publiques (agenda setting).

    Ces tactiques de légitimation ne sont bien sûr pas l’apanage des forces progressistes.

    Les mouvements conservateurs comme la droite religieuse ou les milieux d’affaires se sont mobilisés pour défendre leurs convictions ou intérêts et proposer leur propre version de la vérité – que celle-ci soit morale, scientifique ou économique. Ainsi, la droite religieuse a lutté pour donner aux embryons le statut d’être humain ; certains lobbies industriels continuent à nier le réchauffement climatique, le présentant comme un « canular »; les représentants du mouvement du Tea Party décrivent le président Obama comme un nazi, un communiste ou un musulman né hors du territoire américain.

    Depuis une trentaine d’année, la prolifération des groupes d’intérêts, lobbyistes et think tanks à Washington a exacerbé ces conflits discursifs. Aujourd’hui, chaque projet de loi notable est l’objet d’expertises et contre-expertises instrumentalisées par les différentes parties prenantes de la réforme. En effet, quel que soit le thème du débat, les discours qui s’y rapportent se construisent bien souvent à l’aide d’instruments statistiques et d’évaluations qui, comme le montre Foucault, n’identifient pas leur objet, mais les constituent et ce faisant, occultent leur propre invention.
    Phénomène concomitant ou corollaire de cette surenchère de l’activisme, la polarisation partisane qui se nourrit des guerres de culture a contribué à la radicalisation des débats, faisant de la vérité une notion politique toujours plus illusoire. Aujourd’hui, doit-on considérer les notions de mobilisation et de vérité comme des termes antithétiques ?

    Cet atelier se propose d’explorer les rapports entre mobilisation et vérité dans leurs dimensions théorique et empirique. D’un point de vue théorique, il s’agira d’analyser les modalités et l’impact des stratégies discursives mises en œuvres par les artisans de la mobilisation en puisant dans des corpus comme les théories de l’action collective, le constructivisme et d’autres encore.

    L’objectif est de tenter d’apporter une réponse aux questions suivantes : Par quelles stratégies discursives les acteurs politiques parviennent-ils à promouvoir leur vision idéologique en tant que nouvelle vérité ? La diabolisation des opposants, les stratégies d’alliance ou l’appui de « communautés épistémiques » (Haas 1992) crédibles sont-elles des tactiques propices à la légitimation d’une pensée politique ?

    D’un point de vue empirique, les participants sont libres d’examiner diverses formes de mobilisation (mouvements sociaux, groupes d’intérêts, think tanks etc.), en se focalisant de préférence sur la période contemporaine, sous un angle américaniste ou comparatiste. Ils pourront également analyser la relation entre vérité et mobilisation en étudiant les causes et conséquences de la radicalisation des débats politiques, les conditions de la renaissance du système pluraliste et de la démocratie participative.

  •  Political Mobilization and (Counter) Truth

    The United States’ social and political history can be seen as a never-ending process of redefining an ideological or institutional order established under the pressure of societal forces. For Frances Fox Piven (2006), social movements, from the American Revolution to the feminist and civil rights movements to the anti-globalization movement, are catalysts for ideological and political revolutions by virtue of their “disruptive power”.

    Those actors of social progress strive to reveal, redefine, and sometimes even stretch the truth by using “interpretive frames”. For David Snow and Robert Benford (1986), social movements and organizations use discursive strategies to give more momentum to their causes by rallying ‘targets of agenda-setting’ such as public opinion, political elites and/or the media.

    Of course progressive forces are not the only ones that resort to such legitimizing tactics. Conservative movements such as the Christian Right or business organizations have mobilized to defend their own convictions or interests, and offer their version of the truth -be it moral, scientific or economic. Indeed, the Christian Right has fought to get embryos recognized as human beings; certain industrial lobbies keep denying climate change and present it as a “hoax”; and members of the Tea Party describe President Obama as a Nazi, a communist or a Muslim born in a foreign country.

    The proliferation of interest groups, lobbies and think tanks in Washington over the past thirty years has exacerbated these discursive conflicts. Today, any major bill is subject to analyses and counter-analyses, which are used by the various stakeholders to their own advantage. Indeed, regardless of the theme at stake, discourses are usually built around an array of statistical tools and evaluations. And these discourses, as Foucault shows, do not identify their objects, but constitute them, thus concealing their own invention.

    As a corollary or contemporary phenomenon, partisan polarization, which is fueled by culture wars, has made compromises ever more difficult, turning truth into an increasingly illusory political notion. Nowadays, should we consider political mobilization and truth as antithetical notions?

    This workshop sets out to explore the relationship between mobilization and truth in both their theoretical and empirical dimensions. From a theoretical point of view, we will try to analyze the modalities and the impact of discursive strategies used by actors in those various forms of mobilizations by drawing from (without limiting ourselves to the literature on framing as well as constructivism.

    The current aim is to address the following questions: which discursive strategies do political actors use to promote their ideological visions as new truths? Can the practices of demonizing opponents, creating strategic alliances, or soliciting support from “epistemic communities” (Haas 1992) be understood as tactics to legitimize political thought?

    From an empirical point of view, participants are free to examine different forms of mobilization (social movements, interest groups, think tanks, etc…) focusing, preferably, on the contemporary period through an American or comparative lens. They may also analyze the relationship between mobilization and truth by studying the causes and consequences of the radicalization of political debates, the conditions for the resurgence of a pluralist system and/or a participatory democracy.

    Contacts: Emilie Souyri et Jean-Baptiste Velut