CFP : "Amérique du Nord - Océanie : enjeux des relations multimodales entre deux aires culturelles et politiques en mutation"

Scroll down for English version

Colloque international

Amérique du Nord - Océanie : enjeux des relations multimodales entre deux aires culturelles et politiques en mutation

Ce colloque international propose de réfléchir aux caractéristiques et à la complexité des relations contemporaines entre les pays/régions d’Amérique du Nord et d’ Océanie, de même qu’à la manière, dans une optique comparatiste, dont les nations et territoires de ces deux aires culturelles et politiques abordent certaines problématiques, à portée régionale et/ou globale, communes aux deux espaces. Le terme « Amérique du Nord » fera référence, dans le contexte de ce colloque, aux États-Unis, au Canada et aux états et territoires insulaires de la région Caraïbe. L’Océanie inclut les 16 Etats indépendants de cette zone géographique, tels l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, etc. et les nombreuses dépendances insulaires de la région.

A l’heure du retour des États-Unis en Asie du Sud-Est sous le gouvernement Obama et de l’accroissement des tensions diplomatiques entre les États-Unis et la Chine sur des questions de droit maritime en mer de Chine méridionale, l’Australie contribue aujourd’hui au renforcement dans la région de la présence militaire américaine. D’ici 2017, 2500 militaires de la navy devraient être déployés à Darwin, capitale du Territoire du Nord et les deux pays vont travailler au développement de leur coopération aérienne et navale avec notamment la participation australienne à un système de défense antimissile balistique dans la région Asie-Pacifique. Ce rapprochement militaire, dont les enjeux sont à la fois politiques et commerciaux, entre les États-Unis et l’Australie est un exemple particulièrement visible ces dernières années de la collaboration entre deux zones géographiquement éloignées mais géo-politiquement liées—une collaboration faite d’accords et de désaccords, de bénéfices mais qui comporte aussi ses limites et ses handicaps. La Nouvelle-Zélande a de son côté choisi, depuis les années 1980, une diplomatie plus indépendante vis-à-vis des États-Unis du fait notamment de son activisme anti-nucléaire. Elle a par contre trouvé en la nation canadienne un partenaire privilégié dans de nombreux domaines.

Les relations entre ces deux zones géographiques ne se réduisent pas aux enjeux politiques et économiques mais comportent aussi des aspects sociaux, légaux, environnementaux et culturels qui seront traités dans le cadre de ce colloque. Nous pouvons citer en exemple la relation de partenariat entre les premières nations du Canada et les Maoris de Nouvelle-Zélande qui entretiennent un lien fort, s’impliquent dans des échanges culturels variés et participent conjointement à la réflexion sur les problématiques globales d’autodétermination et de citoyenneté des communautés autochtones sous des gouvernements nationaux néo-libéraux. L’histoire des relations entre ces deux espaces géopolitiques mettra en exergue les enjeux divers qui lient, par la coopération ou par le conflit, les acteurs de ces deux régions du monde depuis la fin du 19ème siècle.

Le deuxième aspect de ce colloque, la perspective comparatiste concernant des enjeux précis, pourra par exemple mettre en avant les caractéristiques, le fonctionnement, les aboutissements des politiques de coopération régionale mises en place dans chacune de ces deux régions du monde, notamment entre les états et territoires insulaires : une étude comparative du fonctionnement et des principaux enjeux/axes de développement avancés par le Forum des îles du Pacifique et l’Association des États de la Caraïbe permettrait d’évaluer la place et le rôle des territoires insulaires dans ces deux régions de même que la portée globale de certains de leurs combats. Une étude des luttes menées par les États insulaires dans le cadre de l’AOSIS (Alliance des petits états insulaires qui regroupe notamment des îles de la Caraïbe et de l’Océanie) permettrait de lier l’étude comparative proposée ci-dessus à l’analyse des éléments de coopération entre les îles de l’Atlantique et du Pacifique.

Ci-dessous une liste (non-exhaustive) des problématiques à traiter à l’intérieur des deux axes d’approche des relations complexes entre ces deux aires géographiques :
I - Analyse des relations bilatérales ou multilatérales entre les États ou sociétés d’Amérique du Nord et ceux d’Océanie et les conséquences (bénéfices et contraintes) de ces relations pour les deux régions :

  •  dans le domaine des relations politiques/ diplomatiques, économiques, militaires (ANZUS), environnementales, sociales—notamment entre les petits états insulaires (AOSIS)
  •  en matière d’échanges et d’influences culturels : nous pourrons aborder la thématique de l’américanisation des sociétés océaniennes ainsi que la question de l’image que se font les uns des autres les habitants de ces deux régions, image construite par les politiques de communication internationale mises en place par ces régions qui projettent délibérément, sur la scène mondiale, à des fins touristiques ou pour attirer des immigrés, des représentations contrôlées.
  •  en matière de politiques diplomatiques communes et de coopération avec d’autres aires géographiques ou nations (notamment la Chine qui est facteur de conflits politiques entre les deux régions)
  •  Etc.

    II/ Analyse comparatiste des régions dans la gestion de problématiques précises :

  •  les processus de décolonisation
  •  l’auto-définition de la nation entre origines culturelles et démographiques britanniques ou françaises et origines ethno-culturelles. De cette question découlerait l’analyse comparative des politiques nationales vis à vis des populations autochtones et des politiques d’immigration, ou de transition des Etats vers le multiculturalisme. La question de la diversité culturelle ouvre la voie vers une comparaison des politiques linguistiques ou plus globalement culturelles entre états de ces deux régions.
  •  l’adaptation et le fonctionnement des institutions (politiques, juridiques) d’origine britannique ou américaine (dans les États micronésiens anciennement sous souveraineté américaine), ainsi que des valeurs et principes qui les sous-tendent.
  •  le relatif déclin de la relation avec le Royaume-Uni au profit de relations régionales
  •  les caractéristiques et degrés de la relation entre les Etats et leurs dépendances insulaires (totalement ou partiellement intégrées à un Etat, ou encore soumises à un traité de coopération préservant l’autonomie politique de la dépendance).
  •  Etc.

    Ce colloque se veut interdisciplinaire et accueillera des chercheurs de tous domaines (sciences humaines et sociales, sciences dures, sciences politiques, droit, etc.).
    Langues du colloque : anglais et français
    Langue de publication des articles suite au colloque : anglais
    Dates du colloque : 24 au 26 novembre 2016
    Lieu du colloque : Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

    Envoyez vos propositions de communication, ateliers ou tables rondes à Adrien Rodd (adrien.rodd@uvsq.fr) et Sophie Croisy (sophie.croisy@uvsq.fr) avant le 31 mai 2016.

    Call for papers

    International Conference

    North America and Oceania : issues in relations
    between two changing cultural and political areas

    This international conference aims to reflect on the characteristics and complexity of current relations between the countries or regions of North America and Oceania, as well as engage in a comparative study of their nations’ and territories’ approaches to shared issues of regional or global significance.

    For the scope of this conference, “North America” will refer to Canada, the United States, and the island states and territories of the Caribbean. Oceania encompasses Australia, Papua New Guinea, New Zealand, the dozen other sovereign states among the southern and equatorial Pacific Islands, and the various dependent territories in the region [1].

    As the United States under President Obama engages more thoroughly with South-East Asia, and diplomatic tensions increase between the United States and China regarding maritime law in the South China Sea, Australia has been contributing to an American military consolidation in the region. By 2017, some 2,500 US Navy personnel are expected to be deployed in Darwin (capital of the Northern Territory), and the two countries will be enhancing their air force and naval cooperation, with Australia taking part in a programme of anti-missile ballistic defence in the Asia-Pacific. This military collaboration between the United States and Australia, and the political and commercial issues surrounding it, is a particularly visible recent example of cooperation between two geographically distant but geopolitically connected regions – a cooperation marked by agreements and disagreements, benefits but also limitations and disadvantages. As for New Zealand, since the 1980s it has operated a more independent diplomatic policy in relation to the United States, due largely to its anti-nuclear activism. New Zealand has, however, found Canada to be a privileged partner in many areas.

    Beyond political and economic issues, relations between these two regions also cover social, legal, environmental and cultural aspects, which will be examined during this conference. For example, strong partnerships between First Nations Canadians and New Zealand Maori, who engage in a variety of cultural exchanges and cooperate in advancing considerations on shared issues of Indigenous communities’ self-determination and citizenship under neo-liberal national governments. The history of relations between these regions will highlight the varied issues which have bound together, in cooperation or in conflict, their respective agents since the late 19th
    century.

    The second aspect of this conference, a comparative perspective focusing on specific issues, may for instance draw out the characteristics, functioning and achievements of regional cooperation policies in each of these two regions, particularly between island states and territories. A comparative study of the functioning and development priorities or methods put forward by the Pacific Islands Forum and the Association of Caribbean States would enable an assessment of island territories’ place and role in these two regions, as well as of the extent of some of their efforts’ reach more globally. A study of island states’ struggles within the framework of AOSIS (the Alliance of Small Island States, which includes Caribbean and Pacific islands) would connect the aforementioned comparative approach with an analysis of elements of cooperation between Atlantic and Pacific island countries.

    The following are suggested issues to be examined within two broad analytical approaches to the complex relations between these geographic areas :

    I. An analysis of bilateral or multilateral relations between the states or societies of North America and those of the Pacific (Oceania), along with the consequences of such relations (benefits and constraints) for the two regions :

  •  in the field of political, diplomatic, economic, military (for instance, ANZUS), environmental or social relations, not least between small island states (AOSIS) ;
  •  in terms of cultural exchanges and influence ; this could include the Americanisation of Pacific societies, but also the image the peoples of these regions have developed of one another, and national images purposefully constructed and projected abroad to attract tourists or migrants : controlled representations ;
  •  in the field of shared diplomatic policies and cooperation with other geographic areas or nations (in particular, China, a factor of political conflict between these regions) ;
  •  etc.

    II. A comparative analysis of how countries in these regions address specific issues :

  •  the decolonisation process ;
  •  national self-definition, balancing a cultural or demographic British or French legacy with Indigenous and / or migrant cultures and ethnicity. This issue would encompass a comparative analysis of national policies regarding Indigenous peoples and immigration policies, and (where relevant) states’ transitions towards multiculturalism. The question of cultural diversity would lead to a comparison of language policies, or more generally of the cultural policies applied by the states of these two regions ;
  •  the adaptation and functioning of political or judicial institutions of British or (in the Micronesian states formerly under U.S. sovereignty) American origin, along with the values and principles which underpin them ;
  •  the relative decline of relations with the United Kingdom, and the development of intra-regional relations ;
  •  the specificities and extent of relations between states and their island dependent territories, whether the latter be fully incorporated into the dominant state, or subject to a treaty of cooperation which grants autonomy to the dependent territory ;
  •  etc.

    This interdisciplinary conference welcomes researchers in the humanities and social sciences, natural sciences, political science, law, etc. Presentations will be given in English or in French.
    Publication, however, will be in English.
    Date : November 24 to 26, 2016.
    Location : University of Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ), Guyancourt (South of Paris), France.

    Proposals for papers, panels or round tables should be sent to Adrien Rodd (adrien.rodd@uvsq.fr) and Sophie Croisy (sophie.croisy@uvsq.fr) before May 31st, 2016.

    1 Commonly used in France, the name Océanie excludes Asian or American states with a coast on the Pacific, as well as Asian island states on the ocean’s edge. It does, however, include Hawaii.